Je m'oriente

Le droit vous tente ? Suivez le guide !

Quelque 30 000 nouveaux étudiants entrent, chaque année, en faculté de droit. Deviendront-ils avocats, notaires, huissiers, commissaires de police ? Exerceront-ils en libéral ou dans la fonction publique ? Un large choix de professions s’offre à eux. 

Une mosaïque de métiers

Le droit est une école du raisonnement. L’étudier, c’est apprendre à réfléchir, à rédiger, à chercher. Cet apprentissage, qui constitue une « boîte à outils » de la pensée, apporte une garantie de compétences qui peuvent se décliner à l’infini !

C’est pourquoi le droit offre une diversité de débouchés, au sein de professions réglementées (avocats, notaires, huissier...), dans le secteur public (magistrat, greffier, juriste en collectivité locale…) ou en entreprise (directeur juridique, juriste en droit social, éditeur…). La plupart de ces professions exigent toutefois de longues études supérieures, ainsi que la réussite de concours ou d’examens. 

Des rémunérations attractives 

De nombreuses professions juridiques permettent de bien, voire très bien gagner sa vie. Le droit est le domaine qui procure les revenus d’activités les plus élevés parmi les professions libérales, hors secteur de la santé, indique une note de l’Insee. Selon cette étude, le revenu d’activité libérale moyen s’établissait en 2007 à 229 700 euros par an pour les notaires, 60 900 euros pour les avocats et 100 000 euros pour les huissiers. A titre de comparaison, le revenu moyen pour tous les libéraux atteignait, lui, 74 800 euros par an.

Mais le marché de l’emploi pousse à la modération salariale.  Tour d’horizon pour les avocats, la fonction publique et les juristes d’entreprises.

Pour en savoir plus : Le Village de la Justice, un site communautaire des métiers du droit, publie une enquête annuelle sur les revenus des professions juridiques salariées et libérales avec un moteur de recherche par fonction, niveau de responsabilité, années d’expérience, etc.

Des réformes à la pelle

Le secteur vient de connaître de profondes mutations. Les formations évoluent, des prérogatives changent, des métiers disparaissent (comme les avoués, qui ont fusionné avec les avocats) et on a même parlé, à terme, d’une grande profession du droit. Le rythme des réformes a ralenti en 2012, pour reprendre de plus belles fin 2014, avec la « Loi Macron », qui vise à déréglementer certaines professions du droit et a suscité de nombreuses protestations chez les huissiers, notaires, commissaires-priseurs et autres catégories visées. Ces changements interrogent les juristes. Alors lisez les journaux et consultez les sites spécialisés (comme Lamyétudiant.fr) pour vous tenir au courant ! 

Quelques textes pour se repérer : 

  • La « loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques » du 6 août 2015, dite « loi Macron », vise plusieurs professions réglementées du droit.
  • Le rapport Ferrand sur les professions réglementées du droit et de la santé (octobre 2014). 
  • La loi de modernisation des professions judiciaires ou juridiques et certaines professions réglementées du 28 mars 2011 a entériné notamment la fusion des professions d’avoué et d’avocat et rend possible des rapprochements, au sein d’une même structure financière, entre diverses professions du droit et du chiffre. Elle crée également un nouvel instrument juridique, l’acte d’avocat. 
  • Le « rapport Prada » a relancé le débat sur l’avocat en entreprise en 2011. Une idée reprise dans le projet de « Loi Macron » puis abandonnée.
  • Le « rapport Darrois » sur les professions du droit, qui avait fait grand bruit à sa sortie en 2009. 
  • Le « rapport Teyssié » (« Rapport relatif à la mise en place d'une formation commune afin qu'émerge une communauté de juristes cohérente et de haut niveau », téléchargeable) préconisait en 2010 un tronc commun pour certaines professions (avocat, notaires, juges…).

Le conseil en plus :

Les différentes commissions sur l’avenir du droit et de ses professions organisent des auditions, largement retranscrites sur Internet. Consultez-les. Vous y trouverez des témoignages souvent riches de détails sur le quotidien de ces métiers.