Je m'oriente

Les réseaux sont vos amis

Dès l’entrée dans les études supérieures, il faut construire cet ensemble de contacts, plus ou moins proches, qui ouvre les portes.

Tous les recruteurs vous le diront : Entretenez votre réseau ! Les liens noués à l’université peuvent durer longtemps. C’est la force des grandes écoles et des établissements privés réputés, qui mettent en lien des milliers d'anciens souvent bien placés. Mais les bonnes formations universitaires ne sont pas en reste. Donc, si vous venez de décrocher un contrat, ne claquez pas la porte : ces contacts vous serviront tout au long de votre carrière.

Veillez également à élargir votre réseau une fois lancé dans le monde du travail. Internet peut vous aider à optimiser cette démarche. Selon le recruteur Christian Lamy, du cabinet Jurispartner, les réseaux sociaux professionnels fonctionnent bien, notamment quand on veut trouver un nouveau poste : « Beaucoup de directeurs juridiques sont présents sur ces supports. Et il est très facile de leur envoyer un mot… Mais mieux vaut cibler les professionnels de petites structures, qui ne reçoivent pas 100 messages par jour ! »

Les réseaux sociaux sur Internet 

Ces réseaux, qui se sont développés à grande vitesse, permettent d’avoir une visibilité sur Internet et un nombre croissant de recruteurs les consultent pour « faire leur marché ». Mais lequel choisir ? 

Les informels 
Le chef de file, Facebook, est à utiliser avec précaution dans le monde professionnel. Ses principaux atouts : sa facilité d’utilisation et sa taille. La plupart des abonnés l’utilisent pour les loisirs, en l’ouvrant exclusivement à leurs amis et membres de leur famille. Mais certains professionnels mélangent les genres, en limitant les informations personnelles qu’ils publient. Un exemple difficile à suivre pour un étudiant, qui aura envie d’échanger sans retenue avec ses copains de fac. Attention aux photos que vous faites circuler ou qui circulent sur vous ! Vérifier les paramètres de votre compte pour ne pas tout rendre public vous évitera quelques surprises.

Que vous habitiez Lyon, Nantes ou Nanterre, vous pouvez en revanche aimer la page Facebook de votre université, car presque toute en ont désormais une. Un moyen simple et détendu de se tenir au courant des nouveautés, tout en se faisant de nouveaux amis. Jetez un coup d’œil au style en ligne de l’université de Bretagne occidentale sur Facebook pour vous en convaincre. 

Twitter, le réseau de mini-messages qui suit l’actualité, s’est également fait une place dans la communication des universités. Voir par exemple le compte de l’université Lille I ou celui de la Faculté de droit et sciences politiques de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les professionnels : 
Viadeo, conçu par des Français, bien implanté dans l’Hexagone, tend à perdre du terrain face à l’américain Linked in. Ce concurrent, nettement plus anglophone, est le plus répandu dans le monde. 

On retrouve sur ces réseaux des collègues, des confrères, mais également des groupes professionnels. Ainsi, des membres de l’association française des juristes d’entreprise (AFJE) ont créé un « hub » dédié aux juristes d’entreprises sur Viadeo. C’est une sorte de centre de rencontres virtuel. On peut facilement retrouver la liste des quelque 160 groupes ouverts dans la catégorie « juridique et fiscal ». Les groupes d’anciens étudiants permettent  de trouver des contacts pour se renseigner sur les formations. 

Les académiques : 
Des facultés lancent aussi leurs propres réseaux, dans des espaces à part. L’Université d’Auvergne a ainsi créé la plateforme UdAPRO, qui regroupe étudiants, diplômés et professionnels. Elle compte 16 000 inscrits et 8000 offres d’emploi depuis son ouverture en 2010. A Paris Descartes, le réseau social s’appelle Carnets2 et compte le même nombre d’utilisateurs. 
L’Université Paris Dauphine est allée plus loin en 2011 avec l’application « Dauphine Mobile ». Elle donne aux étudiants un accès à plusieurs services (actualités, catalogue de la bibliothèque, plan du campus, annuaire, etc.) depuis leur téléphone portable, qu’ils peuvent ensuite partager sur les réseaux sociaux. 
Mais la majorité des universités françaises ont une approche du numérique encore frileuse, pointe une récente étude de Capgemini Consulting.

A savoir : certains étudiants anglophones « initiés » participent à des réseaux académiques mondiaux comme Openstudy ou Academia pour les chercheurs.  

Le networking professionnel

Les associations professionnelles sont ouvertes aux jeunes diplômés. Y entrer, c’est doper d’un coup son carnet d’adresse de centaines de contacts potentiels. Sans compter les occasions de rencontres informelles. De plus, ces structures vous permettent de prendre le pouls de votre profession, de savoir quelles nouvelles tendances elle traverse, pour en tirer partie dans votre carrière. 
L’association française des juristes d’entreprise (AFJE), par exemple, ouvre aux étudiants l’imposant espace emploi de son site, qui permet de déposer une demande de stage ou de consulter les recrutements en cours. Pour rendre plus visibles certains talents, elle décerne également chaque année le Prix AFJE réservé aux étudiants du Diplôme de Juriste Conseil en Entreprise. Ce prix offre au lauréat une récompense de 1000€, ainsi qu'un stage de 2 mois au service juridique d'Orange - France Télécom. 

Les associations ont souvent des forums en ligne, pour échanger rapidement, à l’image de Juriconnexion, qui regroupe les professionnels de l’information juridique et leur propose une liste de discussion sur Yahoo. 

Enfin, certaines structures défendent les intérêts de leurs membres dans une approche syndicale. L’une des plus connues est l’Union des Jeunes avocats, active depuis 1922, dont les offres de collaborations sont très consultées. Mais de nouvelles structures se créent, comme l’Association des jeunes magistrats, née en 2007 et en plein essor.