Je m'oriente

Travailler en entreprise

La fonction juridique est porteuse dans le secteur privé, car l’inflation règlementaire et la mondialisation des affaires poussent au renforcement des équipes.

Les métiers

Juriste d’entreprise, fiscaliste, juriste de banque, juriste en droit social, journaliste juridique, éditeur juridique, documentaliste.

Les voies du salariat

Les entreprises emploient directement des milliers de juristes, qui les conseillent sur toutes les questions de droit, appliqué aux sociétés, aux contrats, aux ressources humaines, à la propriété intellectuelle, à l’immobilier… 

Les grands groupes disposent, au sein de leurs directions juridiques, d’équipes spécialisées, souvent rattachées à la direction générale de l’entreprise. 

Les PME créent à leur tour des postes de responsables juridiques. Elles ont besoin de profils généralistes, prêts à mener une palette d’interventions. C’est un vivier d’emplois important aujourd’hui pour les juristes d’entreprise.

Les organisations professionnelles, les associations se professionnalisent et commencent à intégrer des professionnels du droit.

Certains juristes se concentrent sur une spécialité. Le juriste en droit social travaille le plus souvent au sein de la direction des ressources humaines. Le fiscaliste est très en lien avec les professions du chiffre dans l’entreprise. Sur le plan sectoriel, les banques, les assurances s’entourent également de spécialistes. 
 

Les Bac+ 5 ont la préférence

Faut-il faire de longues études pour devenir juriste d’entreprise ? Plus que jamais. La licence en droit n’est plus suffisante et le M1 atteint vite ses limites. A l’embauche, on préfèrera systématiquement les candidats de niveau Bac + 5 : diplômés de Master 2, titulaires du diplôme de juriste conseil en entreprise (DJCE), très prisé, voire doubles cursus (droit et école de commerce, IEP, Master of Law ou LLM anglo-saxons, etc.).  La maîtrise de l’anglais est un « must » ! 

Les juristes d’entreprise en chiffres 

  • 56 % des juristes sont des femmes.
  • 72% exercent leur activité en Ile-de-France
  • 50% ont moins de 35 ans
  • 85% sont titulaires d'un Master II (DEA, DESS). 
  • Plus d’un tiers ont suivi une double formation et 13% sont titulaires d’un diplôme étranger (chiffres 2005)
  • 25% utilisent l'anglais comme langue prioritaire
  • 50% gagnent plus 55 000 Euros
 
Source : données 2008, enquête nationale réalisée par l’Association Française des Juristes d’Entreprise (AFJE), en collaboration avec le cabinet de recrutement Robert Half. 

Des enquêtes pour en savoir plus 

Pour une première approche, La Lettre des Juristes d’Affaires et l’AFJE ont publié en 2006 une courte enquête commune, « Qu’est-ce qu’un juriste d’entreprise ? », qui détaille les fondamentaux de la profession. Essentielle pour les jeunes qui veulent mieux la cerner, même si les chiffres sont un peu anciens.