Je m'oriente

CV et entretien : qu’attendent les recruteurs ?

L’embauche n’a pas grand-chose à voir avec la sélection d’entrée dans une formation. Voici quelques pistes pour éviter les impairs. 

Comment retenir l’attention d’un recruteur ? Par une démarche volontaire, bien sûr. Postuler est un art qui exige de la préparation, car les premières impressions peuvent être déterminantes. Un recruteur doit percevoir d’emblée la cohérence d’ensemble d’une candidature et son but. Rien ne l’agacera plus que de recevoir un curriculum vitae ou une lettre de motivation très impersonnelle, probablement identique pour tous les contacts . «  On ne demande pas une originalité folle, s’amuse un professionnel. Mais il faut que l’on sente que les courriers ont été travaillés. » En entretien, l’autre bête noire est le candidat qui se dit ouvert à tout. Le recruteur comprendra : motivé par rien. Montrez que votre projet professionnel est solide mais que vous êtes souple.

Une lettre de motivation concise

Il est essentiel que la lettre de motivation montre votre discernement dans le choix des expériences que vous mettez en avant. Mais elle doit aussi indiquer ce que vous attendez du cabinet ou de l’entreprise. Le but ? Accéder au stade de l’entretien, pas obtenir le poste d’emblée.
 
Inutile d’énumérer toutes les qualités de l’employeur. Mieux vaut adopter un style concis – tenter de ne pas dépasser quinze lignes – et mettre clairement en valeur son expérience professionnelle, sans la « gonfler ».
 
La lettre manuscrite n’est plus un impératif : les recruteurs préféreront lire rapidement et facilement une version imprimée et signée de votre main. Voire une version numérique.

Un CV avec un fil conducteur

On dit souvent qu’un recruteur passe quatre secondes sur un CV. Tout doit donc tenir en une page, surtout chez les débutants. Plutôt que de mettre l’accent sur votre cursus scolaire, il vaut mieux pointer le fil conducteur de votre parcours et valoriser vos expériences dans des domaines se rapprochant le plus du poste recherché. Le CV doit décrire les activités exercées, et pas seulement donner l’intitulé des postes.
 
  • L’idéal est d’annoncer le projet immédiat en haut du CV. Exemple : « Jeune avocat bilingue cherche collaboration en droit fiscal ».
  • Pointez ce qui vous distingue : années à l’étranger, parfaite maîtrise d’une langue étrangère, compétitions, mentions aux diplômes, etc.
  • La photo s’impose de plus en plus en suivant ces règles : pas de cliché minuscule ou surdimensionné et port de vêtements professionnels. Pour l’envoi par mail, attention à limiter la taille du fichier.
  • Pour être repéré dans une CVthèque, adaptez-vous aux logiciels qui trient les CV sur la base de mots clés, de type « diplômes ». Il faut simplifier, mettre en exergue les termes qui correspondent à la fonction, renseigner précisément tous les champs. Pour un poste bilingue, indiquez que vous l’êtes .Si vous mentionnez simplement « anglais », vous risquez de passer inaperçu.
  • Par la suite, évitez le harcèlement : pas plus d’une candidature par offre. Si aucune réponse n’arrive, relancez par téléphone ou par mail, sans insistance.

Un entretien préparé et maîtrisé

Presque tout se joue dans le premier quart d’heure. L’intuitu personae est donc fondamental. Le recruteur soupèsera, selon le poste, votre capacité à vous intégrer dans une équipe, votre volonté d’apprendre et d’évoluer, votre pragmatisme, votre dynamisme, peut-être votre aptitude au business. Soyez préparé et naturel. Et souvenez-vous que les mentalités de stars n’ont pas trop la côte…
 
  • Renseignez-vous au préalable sur le recruteur. Les sites Internet et les forums sont de bonnes sources, qui permettent de poser des questions pertinentes le moment venu. Vous saurez ainsi que chez certains recruteurs, comme Fidal, passer cinq entretiens est bon signe !
  • Gardez en tête l’annonce et les critères de l’entreprise
  • Révisez. Une bonne partie de l’entretien sera certainement consacrée au test de vos compétences techniques. La conversation peut ainsi bifurquer vers l’anglais subitement, ou bien un petit cas pratique peut servir de préambule à la discussion.
  • Soignez votre attitude (présentation, expression orale…) jusqu’au bout. C’est ce qui peut vous distinguer des autres jeunes diplômés talentueux.
  • Sachez expliquer votre parcours. Préparez-vous à présenter votre cursus d’étude, qu’il soit simple ou tortueux. Dans ce dernier cas, rassurez en donnant de bonnes raisons.
  • Prenez des notes si vous le souhaitez. C’est plutôt un gage d’intérêt et d’écoute.
  • Soyez vif. La capacité à rebondir sur une question et la qualité du discours sont des éléments importants.
  • Ne soyez pas surpris si certaines grosses structures utilisent des tests de personnalité. La graphologie a toujours cours, mais pas partout.